Le format et le contenu de la plaque minéralogique sont définis par l’administration.

plaque_immatriculation_europe2

Pour les voitures, l’inscription est de type AA-001-AA tandis que le numéro des cyclomoteurs est de forme A 11 A. Aucune plaque ne comporte les lettres U, O et I pour éviter la confusion avec la lettre V ainsi que les chiffres 0 et 1. La norme impose une plaque portant des inscriptions en noir sur fond blanc pour mettre en évidence le contraste et faciliter la lecture. Pour ce qui est de la matière utilisée, celle-ci doit présenter une excellente résistance pour rester complètement immobile sur la carrosserie ou le châssis. Les automobilistes ne sont pas autorisés à personnaliser cette pièce en y posant des autocollants. Par ailleurs, la, cohérence entre les caractères, le logo et l’identifiant local doit être parfaite. La loi oblige les automobilistes à équiper leurs véhicules avec une double plaque minéralogique dès la délivrance de la carte grise.

Seuls les professionnels habilités par le Ministère de l’Intérieur peuvent réaliser les plaques. Le propriétaire est libre de choisir la disposition des caractères sur une ou deux lignes. Par contre, la police, la couleur et l’emplacement de chaque inscription sont imposés. Le logo doit se trouver en haut à droite sur fond bleu et au-dessus de l’identifiant territorial. La partie centrale est réservée au numéro tandis que le symbole européen et la lettre F doivent figurer à gauche. Afin de simplifier le déchiffrage, le fond de couleur blanc doit être rétroréfléchissant et le contraire pour les caractères noirs. Ces dispositions ne s’appliquent ni au parc automobile du corps diplomatique qui bénéficie d’une dérogation spéciale, ni aux voitures de collection pour que ces dernières puissent conserver leur particularité. Pour les remorques avec un PTAC de plus de 500 kg, la réglementation autorise la fixation d’une plaque où est reporté le numéro du véhicule à l’avant. Pour les autres, il faut une plaque minéralogique qui leur soit propre.